L’argent dans le football professionnel

football argent joueurs professionnels, grosses sommes football, FIFA richesse argent

Le football est pratiqué sur tous les continents. Il est de ce fait le sport le plus populaire, le plus pratiqué par les hommes sur la terre. D’origine anglo-saxonne, né dans les iles Britanniques, il a profité de la superpuissance économique et navale de l’Angleterre des XVIIe et XVIIIe siècles pour essaimer partout dans le monde où l’Empire britannique se déployait : Asie, Océanie, Afrique, Amérique et Europe, avec toutefois des zones de résistances comme en Amérique du Nord où la pénétration fut plus lente. Cependant, ce sont les pays de tradition latine qui vont s’approprier le plus ce sport. Et aujourd’hui les meilleures nations de football hormis l’Allemagne et dans une moindre mesure les Pays-Bas et quelques autre, sont latines. La circulation de l’argent du football a suivi le même itinéraire.

Football et argent font bon ménage

L’ère du professionnalisme au sein du football est aussi l’ère de la prise de pouvoir de l’argent au sein de ce sport. Certes, les autres sports ne sont pas exempts de l’influence de l’argent, mais le football par son aspect global et planétaire est encore plus influencé que d’autres. Ainsi la FIFA, faîtière des fédérations de foot de toutes les nations du monde est devenue un mastodonte financier du sport et la Coupe du Monde de football est l’évènement planétaire par excellence après les jeux olympiques.

La médiatisation dont bénéficie le football est la principale cause de l’afflux de devises dans ce sport. Ainsi, la FIFA perçoit des droits télés pour la diffusion des compétitions qu’elle organise ou que des fédérations affiliées organisent. Le coût de ces droits est allé de manière grandissante depuis son instauration et la FIFA s’enrichissant ainsi. Celle ci reverse, certes, des pourcentages de l’argent perçu aux fédérations nationales, mais cela ne vient que pour confirmer cette omniprésence de l’argent dans le foot mondial où l’argent fait désormais bon ménage avec le jeu.

Quid des joueurs professionnels ?

« Dans le bus, je me suis heurté à un mur. Ce sont des enfants trop gâtés ». Cette plainte, nous la devons au Président de la Fédération Française de Football en 2010 en Afrique du Sud lors du scandale dit de Knysna pour l’équipe française lors du mondial 2010.

Ces paroles sortent de la bouche d’un responsable qui se retrouve devant un constat d’impuissance face à une génération de joueurs, des professionnels du ballon rond qui perçoivent des sommes astronomiques qui sont de loin incomparables à des salaires normaux pour n’importe quel autre métier. En effet forts de leur puissance financière et économique, les joueurs de football professionnels ont tendance à regarder de haut les autres parties de la société dans laquelle ils vivent pourtant. À vingt ans et parfois moins, ils sont millionnaires par le seul fait d’un seul contrat professionnel et ne doivent cela qu’à leur talent généralement inné. Ils n’ont plus qu’à le cultiver par un travail quotidien. Occupées à cela, ces stars peuvent parfois se déconnecter de la réalité et se rendre auteurs d’agissements à l’instar du cas cité plus haut de Knysna où un échec sportif s’est très vite transformé en fronde vis-à-vis du sélectionneur et des dirigeants du football français.

Les footballeurs professionnels voient de plus en plus leurs gains monter, mais jusqu’où ? est-on en droit de se poser comme question. Des transferts à couper le souffle ; le record, celui du Gallois Gareth BALE transféré de Tottenham au Real Madrid pour une somme de 100 millions d’euros ; des salaires faramineux comme celui de Lionel MESSI évoluant à FC Barcelone qui vient d’être porté à 20 millions d’euros par an ; des investissements hors de toute proportion tout comme le budget du Paris Saint-Germain racheté par les Qataris en 2011 dépassant les 200 millions d’euros sur une saison et bien moindre que celui du géant espagnol, le Real Madrid. Aussi, Manchester City géré par d’autres Qataris n’en est pas du reste. Tout porte à croire que le football, l’argent, les professionnels, les clubs riches tous ces mots finiront par devenir des synonymes pour le commun des mortels. Alors vivement un Fair Play financier comme l’applique déjà l’UEFA dans les championnats européens. Mais, il faudra aller plus loin en instaurant un plafonnement des salaires comme cela se fait déjà en NBA et du montant des transferts des joueurs.

About the author /


Post your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *